EuropaCity : la marche des opposants au projet pharaonique de Gonesse à Matignon

Des opposants au grand projet EuropaCity vont marcher pendant deux jours depuis Gonesse jusqu’aux bureaux du Premier ministre à Paris. Les participants à cette marche citoyenne dénoncent notamment des nuisances sur le plan écologique.

Des opposants au pharaonique projet du Grand Paris, EuropaCity, annoncé comme un centre commercial futuriste et un parc à thème, marchent depuis la ville de Gonesse dans le Val d’Oise, près du site de construction, jusqu’à Matignon à Paris, pour dénoncer les «nuisances de ce projet, tant sur le plan écologique que sur le plan agricole social et économique», selon une déclaration du Front de gauche, sur Twitter. La marche doit prendre deux jours pour parvenir aux services du Premier ministre.

Les 4 et 5 octobre prochains, mobilisons nous contre #Europacity . Rendez-vous à la grande marche citoyenne de Gonesse à Matignon pour dire NON à ce grand projet inutile et destructeur!

Voir l'image sur Twitter

Reporter pour RT France, Katia Pecnik suit cette manifestation en direct. Sur place, elle constate que des manifestants qui soutiennent le projet d’EuropaCity sont venus répondre par haut-parleur interposé au manifestants opposés au projet, ce 4 octobre à Gonesse : 

Cette giga-structure de verre et de béton unique en son genre est supposée ouvrir ses portes en 2024 à Gonesse, dans le Val d’Oise, entre les aéroports de Roissy Charles-de-Gaulle et du Bourget, à 16 kilomètres de Paris, sur des terres agricoles fertiles. La galerie marchande financée par des fonds privés d’Immochan, la filiale immobilière d’Auchan et d’un groupe chinois, Wanda, à hauteur de 3,1 milliards d’euros, est définie comme «une destination des loisirs métropolitaine répondant aux attentes locales». Elle regrouperait parc des neiges et aquatique, cirque, boutiques de luxe, manèges, restaurants, grands magasins… répartis sur 80 hectares dont un tiers de surfaces commerciales. François de Rugy, lorsqu’il était encore ministre de la Transition écologique avait assuré que le projet de piste de ski indoor avait été abandonné.

Divers rapports d’experts ont critiqué ce projet. En mars 2018, la justice avait même annulé l’arrêté préfectoral de septembre 2016 créant la zone d’aménagement concertée (ZAC) du triangle de Gonesse. Mais en mai 2018, qui a fait appel de cette décision pour pousser le projet ? L’agence Grand Paris Aménagement et… l’Etat, propriétaire de la ZAC. D’ailleurs le maire de Gonesse a déclaré selon la Tribune : «Du côté de Bercy et de l’Élysée, on est pour. Quand Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de l’Élysée, il a reçu X fois Immochan.» Le préfet du Val-d’Oise a fini par déclarer d’utilité publique l’aménagement de la zone en décembre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *