Les contradictions de la politique américaine en Syrie risquent de «mettre le feu», selon Lavrov

Le ministre russe des Affaires étrangères s’est exprimé sur la hausse des tensions en Syrie, où Ankara prépare une offensive. Appelant à préserver l’intégrité du territoire syrien, Moscou appelle à un dialogue des Kurdes avec le gouvernement syrien.

Depuis le Kazakhstan, Sergueï Lavrov s’est exprimé ce 9 octobre sur la situation en Syrie, où Washington a annoncé un retrait de ses troupes alors que la Turquie s’apprête à intervenir contre les forces kurdes, traditionnellement alliées des Etats-Unis. Afin de désamorcer les tensions dans le nord-est du pays, le ministre russe des Affaires étrangères a appelé à un dialogue entre les Kurdes et les autorités syriennes, soulignant l’importance de préserver l’intégrité du territoire syrien.

Selon des propos rapportés par l’AFP, il a en outre déclaré que la politique américaine en Syrie, qu’il a qualifiée de contradictoire, risquait de «mettre le feu» à la région. Relayant la crainte des Kurdes, «très inquiets […] que cela mette le feu à toute la région», il a affirmé : «Il faut éviter cela à tout prix.»

Washington, qui s’est longtemps appuyé sur les Kurdes en Syrie, a annoncé le 6 octobre dans un communiqué que la Turquie s’apprêtait à «mettre en œuvre son opération [militaire] prévue de longue date dans le nord de la Syrie», dirigée principalement contre les forces kurdes considérées comme terroristes par Ankara. Dans ce communiqué, Washington affirmait également que les forces militaires américaines ne seraient pas dans la zone d’opération de l’armée turque.

Le 7 octobre, Donald Trump avait fait part de son souhait de retirer des troupes américaines de Syrie, notamment à cause du coût que cela faisait peser sur l’économie américaine. Il avait ainsi affirmé : «Les Kurdes se sont battus avec nous, mais ont reçu une somme énorme d’argent et d’équipement pour le faire. Ils combattent la Turquie depuis des décennies […]. Il est temps pour nous de sortir de ces guerres ridicules et sans fin, dont beaucoup sont tribales.»

Le lendemain, le dirigeant américain a assuré qu’il n’avait pas «abandonné» les Kurdes, ces «magnifiques combattants». «Nous sommes en train de quitter la Syrie mais nous n’avons absolument pas abandonné les Kurdes qui sont des gens formidables et de merveilleux combattants», a-t-il tweeté, précisant : «Nous aidons les Kurdes financièrement [et en leur fournissant des] armes», a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *